GPA : L’Ordre des médecins dit non

Le débat sur le « mariage pour tous » a ouvert celui sur la gestation pour autrui (GPA). Une femme peut-elle porter et donner vie à un enfant pour un autre couple, homosexuel ou non ? Le Conseil national de l’Ordre des médecins en France a déjà répondu par la négative. Et ce pour plusieurs raisons.

« Le débat sur la gestation pour autrui ne peut pas laisser le médecin indifférent. » L’Ordre des médecins, qui s’était déjà exprimé sur le sujet dès 2010, a récemment réaffirmé publiquement sa position. S’il considère légitime le désir d’enfant, il se prononce clairement contre la GPA.

L’enjeu éthique

Premier argument : la GPA n’est éthiquement pas justifiée. Selon les médecins, cette pratique réduit la mère porteuse à un « instrument de gestation » dont « on ne peut garantir la parfaite indépendance ». Elle peut en effet faire l’objet de pressions affectives ou sociales. Quant à l’enfant, il devient « l’objet d’un contrat » prévoyant son abandon à la naissance.

L’enjeu médical

L’Ordre des médecins rappelle que n’importe quelle grossesse comporte des risques médicaux. Il est aujourd’hui scientifiquement prouvé que l’état mental et physique de la mère (habitudes alimentaires, éventuelles addictions…) a des conséquences sur l’enfant, même après l’accouchement. L’entourage de la mère porteuse (conjoint et enfants) est aussi directement concerné. Enfin, « la femme donneuse d’ovocyte ne peut voir son enfant porté par une autre sans ressentir une frustration importante. »

L’enjeu social et juridique

En cas d’accidents lors de la grossesse ou de dommages sur l’enfant après l’accouchement, les médecins s’interrogent sur les responsabilités de chacun. Quelle responsabilité morale et pécuniaire pour le couple demandeur ? Pour la mère porteuse ? Quel avenir pour un enfant handicapé que ni les parents demandeurs, ni la mère porteuse ne voudraient garder ? L’Ordre des médecins conclut : « le seul fait d’évoquer ces situations montre à quel point cette méthode de procréation est troublante. »

Source