Mariage pour tous : Mariton dénonce "un coup d’État législatif"

Fervent opposant au mariage gay, le député dénonce le changement de calendrier pour l’examen du projet de loi en seconde lecture à l’Assemblée.

Le député UMP Hervé Mariton a dénoncé dimanche devant une foule de plusieurs milliers de personnes à Lyon le "coup d’État législatif" autour du vote du projet de loi autorisant le mariage homosexuel, lors d’une manifestation contre cette réforme. "Ils ont la trouille, parce que personne ne veut de ce texte !" a scandé Hervé Mariton, l’un des plus fervents opposants au mariage gay, dénonçant le changement de calendrier pour l’examen du projet de loi en seconde lecture à l’Assemblée nationale, à partir de mercredi au lieu de fin mai.

Le député-maire de Crest (Drôme) a terminé son discours en entonnant la Marseillaise avec d’autres élus de droite, dont Georges Fenech, député UMP du Rhône, qui a dénoncé le "passage en force du gouvernement". Réunis à l’appel du collectif La Manif pour tous et de Cosette et Gavroche, association lyonnaise anti-mariage pour tous, 5 000 personnes, selon la préfecture et les organisateurs, ont occupé la place Bellecour de Lyon dimanche soir, encadrées par une trentaine de fourgons de police.

"Touche pas au mariage, occupe-toi du chômage"

Sous le soleil, les manifestants, plutôt âgés, dont certains avaient apporté des chaises pliantes, brandissaient des pancartes : "Touche pas au mariage, occupe-toi du chômage", ou encore les désormais traditionnelles : "un enfant = un papa + une maman".

"Je me méfie de la tournure que prennent ces manifestations", a commenté à l’AFP Charlotte Guigou, 19 ans, "À Paris, il y avait une grande mixité sociale, c’était génial, mais là j’ai peur qu’on laisse l’image de quelques vieux catholiques qui manifestent encore, c’est pour ça que j’ai voulu venir, pour montrer qu’on se bat encore." À une centaine de mètres de la place Bellecour, 400 personnes, selon la préfecture, jeunes pour la plupart, s’étaient rassemblées dans le calme. Alix, 22 ans, étudiante, a confié à l’AFP avoir "honte d’être de Lyon", évoquant des agressions contre les homosexuels. Sur la place Bellecour, des membres des Jeunesses nationalistes assistaient à la manifestation, qui a été dispersée vers 20 h 30.

À quelques jours de l’examen en deuxième lecture du texte de loi sur le mariage homosexuel, les opposants ont organisé des manifestations dans plusieurs villes de France, comme Bordeaux, où 300 personnes ont défilé samedi, ou Toulouse.

Source